FR

EN

  • Art

17/05/2019

L’Algérie de Gustave Guillaumet

Pourquoi faut-il aller voir l’exposition « L’Algérie de Gustave Guillaumet » à Roubaix ? La Piscine consacre une première rétrospective à Gustave Guillaumet (1840-1887). Trois étudiants de notre Bachelor « Conseil expert en objets d’art » vous présentent cette exposition.

 

Une prestigieuse rétrospective

 

En association avec les musées de La Rochelle et de Limoge et avec le soutien du Musée d’Orsay, La Piscine de Roubaix accueille une exposition sur l’Algérie de Gustave Guillaumet du 9 mars au 2 juin 2019. L’Orient y est magnifié à travers la touche de cet artiste orientaliste du XIXe siècle. Cette prestigieuse rétrospective, avec des prêts des plus grandes collections internationales publiques et privées, permet de découvrir parmi la centaine d’œuvres proposées de nombreuses merveilles méconnues. Elles évoquent le contexte de la colonisation, un regard occidental sur l’Algérie. Les décors orientaux confrontés au charme du lieu offrent une nouvelle approche de la richesse des collections du XIXe siècle.

 

Le parcours de l’exposition s’organise autour de trois thèmes : l’œuvre dans son contexte historique et l’attrait du désert, la vision ethnographique de l’Algérie avec ses scènes de vie quotidienne et enfin les scènes d’intérieur.

 

L’orientaliste du désert

« … Cette teinte neutre du crépuscule, faite avec les gris de la nuit qui vient et les violets du soir qui s’en va. C’est l’heure mystérieuse où les ténèbres épaississent leurs voiles, où les contours se noient, les couleurs se mêlent, où toute chose s’assombrit, où toute voix se tait, où l’homme, à la fin du jour, laisse flotter sa pensée devant ce qui s’éteint, s’efface et s’évanouit. » – Gustave Guillaumet, Tableaux Algériens, 1880

 

Gustave Guillaumet est un peintre orientaliste, né le 25 mars 1840 et mort le 14 mars 1887. Il est l’élève de Picot, puis de Barrias aux Beaux-Arts de Paris. En 1861, il obtient le prix de Rome, dans la catégorie du paysage historique. Il découvre l’Algérie par hasard en tentant de rejoindre l’Italie, une tempête l’empêchant d’arriver à son but. En 1862, il y contracte la malaria et doit passer trois mois à l’hôpital militaire de Biskra. Il fera en tout près d’une dizaine de voyages en Algérie, où il s’inspire des paysages de l’Orient, a contrario de ses contemporains qui privilégieront les scènes intérieures et de harems. Guillaumet alla jusqu’à vivre avec les Algériens, avec les difficultés qu’impliquent une vie souvent miséreuse. Il s’oppose en cela à la peinture de nombreux orientalistes et de leurs visions fantasmées de la vie orientale.  Il s’attache aux rendus de la lumière et de l’atmosphère de ce pays, en donnant un aspect mystique au désert. Guillaumet partagera la vie des populations du désert, il peindra leurs scènes de vie quotidienne. L’un de ses thèmes récurrents reste les femmes au bord de l’eau. Il décrit dans ses tableaux les gestes sensuels des laveuses du désert.

Il rédigera quelques écrits contant ses expériences orientales, Tableaux algériens, qui parurent dès 1879 dans la Nouvelle Revue. Au cours de sa carrière, il prendra à cœur de dénoncer dans son œuvre les événements tragiques dont est victime la population algérienne dans les premières années de la colonisation. Malgré une économie de moyens, Guillaumet parvient à retranscrire dans ses peintures l’ambiance du désert. Soucieux du détail, il parvient à conférer à son oeuvre un caractère onirique et intemporel. En 1899, il fonde l’Association Générale des Artistes Dramatiques et Lyriques de France.

L’orientalisme et son marché

Depuis plus de vingt ans, l’orientalisme est au goût du jour. Les ventes thématiques spécialisées organisées par Artcurial atteignent des records et sont la preuve de cette mode grandissante.

On oppose de façon traditionnelle les artistes dépeignant une vision fantasmée et clichée des pays orientaux : harem, pacha, danses, animaux orientaux, à ceux qui présentent une vision réelle à l’instar de Jacques Majorelle qui s’installe au Maroc ou d’Etienne Dinet à Alger.

Avec le développement, depuis la fin du XXe siècle, des puissances financières, de nouveaux collectionneurs sont apparus sur le marché. Ainsi aujourd’hui, les peintures des grands maîtres sont recherchées par des amateurs orientaux, parce qu’il s’agit de l’une des seules représentations picturales de leur histoire. Nous avons pu redécouvrir de nombreux artistes qui ont vu leur cote exploser en salle des ventes !

Cependant, des artistes comme Gustave Guillaumet, malgré cette mode de l’orientalisme, peinent à atteindre des prix conséquents en salle de ventes.

A propos de l’exposition

La ville de Roubaix, dans les Hauts de France, abrite un bâtiment de style byzantin vers 1835, et sa magnifique piscine de style art déco construite entre 1927 et 1932 par l’architecte Louis Baert. Ce temple du sport, se verra transformé de 1994 à 2001 pour accueillir un lieu non seulement artistique dans lequel on peut aujourd’hui découvrir œuvres et objets d’art autour de l’ancien bassin mais aussi culturel avec des conférences et des cours de l’Ecole du Louvre.

Le musée de la ville de Roubaix est riche d’une immense collection de peintures, sculptures, design, textile mais également de céramiques. En 2018, après un an et demi de travaux, la piscine a été agrandie de plus de 2300 m² pour accueillir de nouvelles collections.

L’Algérie de Gustave Guillaumet (1840-1887)
9 MARS 2019 — 2 JUIN 2019
En savoir plus

 

Kilian Mougin

Nicolas Cambour

Sarah Tronet

Etudiants en troisième année de BACHELOR « Conseil expert en objets d’art »

 

A lire aussi

 

Un parcours érotique dans Paris

Partager :