FR

EN

  • École
  • Paris

02/02/2018

Rédigé par l’une de nos étudiante, découvrez l’art de recevoir en France.

Le service à la française fait partie intégrante de la tenue à table (avec la conversation bien sûr). C’est un point essentiel de la vie sociale. Savoir se tenir à table, savoir inviter, le service, les plats que l’on sert, ceux que l’on ne sert pas et tant d’autres.

En France, l’invitation au dîner est un rite social exigeant qui existe dans peu d’autres pays.
Tout commence à Versailles où les plus beaux services de table ont été réalisé à la manufacture de Sèvres. La cour française était, à cette époque, copiée dans le monde entier.

L’invitation est très réglementée et codée. Si l’on reçoit un carton, c’est un dîner formel. Généralement il faut arriver avec quinze minutes de retard, on appelle cela le quart d’heure de courtoisie. C’est surprenant.

La priorité d’un dîner, c’est la conversation. C’est le summum de l’art de vivre à la française. Évidemment on ne se désiste jamais, il faut toujours respecter la parole donnée. C’est l’un des principes du savoir-vivre.
Il faut aussi savoir remercier pour l’invitation. Là encore il y des règles. Contre toute attente il ne faut jamais arriver avec des fleurs. Si le dîner est prévu pour huit personnes et que chacun arrive avec un bouquet, la maîtresse sera surement très embêtée. En effet, elle devra s’occuper des fleurs plutôt que de ces invités. Les fleurs s’envoient donc la veille du dîner ou bien le lendemain.

Il est important d’inviter le même nombre de femmes et d’hommes, ils seront alternés à table. On sépare les couples, sauf pour ceux qui ont moins d’un an de mariage. Étonnant
Le plan de table idéale est d’être à côté d’une personne que l’on connaît et d’une autre que l’on ne connaît pas. La place d’honneur pour un homme est à la droite de la maîtresse de maison. Quant à l’épouse de l’homme d’honneur, elle est à la droite du maître de maison.
Lorsqu’une personne se désiste au dernier moment (comble de l’impolitesse), la maîtresse de maison invite alors un « bouche-trou ». Celui qui remplace l’absent qui aura sûrement tort.

C’est la maîtresse de maison qui, pendant la soirée, est le maestro. On ne passe à table que lorsqu’elle annonce « on passe à table ».

Dernier point, si vous êtes l’hôte du dîner, vous êtes responsable du bonheur de vos invités.

 

 

Par Clothilde De Amorim – Etudiante en 3ème année de bachelor « Négociateur du Luxe et de l’Artisanat d’Art »

Partager :